Célébrer Noël est-il haram ? Découvrez la vérité

en vedette - Célébrer Noël est-il haram ?

La célébration de Noël en Islam gagne en popularité dans diverses sociétés, transcendant les frontières culturelles et religieuses. Alors que nous explorons les origines historiques de Noël et sa célébration mondiale, il est essentiel de comprendre la perspective islamique lors de cette occasion festive.

Points clés à retenir

📌 Origines historiques : Noël a évolué à partir des fêtes romaines et européennes, fusionnant les traditions au fil du temps et devenant une fête familiale laïque.
📌 Diversité culturelle: Noël est adaptable à l'échelle mondiale et célébré de manière unique avec diverses coutumes et pratiques.
📌 Perspective islamique : Les musulmans débattent de sa célébration, certains la considérant interdite en raison de ses racines non islamiques, tandis que d'autres l'autorisent en tant que pratique culturelle. L’équilibre entre les principes islamiques et les traditions culturelles est une préoccupation centrale.

Origines historiques de Noël

Noël a une histoire riche et complexe qui a évolué au fil des siècles. La première célébration de Noël enregistrée a eu lieu à Rome le 25 décembre 336 après JC. premières célébrations de Noël ont été influencés par les fêtes romaines et européennes qui marquaient la fin des récoltes et le solstice d’hiver.

Les Romains, par exemple, célébraient les Saturnales, une fête de deux semaines dédiée à leur dieu de l'agriculture, Saturne, ainsi que la naissance de Mithra, leur dieu solaire.

La tradition du sapin de Noël, symbole étroitement associé à Noël aujourd'hui, pourrait être née à Strasbourg en 1605. C'est là que les sapins décorés de pommes ont été connus pour la première fois comme partie intégrante des festivités de Noël.

Un autre événement important qui a contribué à la célébration moderne de Noël a été la fusion de la fête de Saint-Nicolas, célébrée le 6 décembre, avec les traditions du jour de Noël, qui sont progressivement devenues une pratique courante dans de nombreux pays européens au XIIe siècle.

L’histoire de Noël aux débuts de l’Amérique était diversifiée et parfois controversée. Alors que certains ont adopté cette fête, d'autres, en particulier ceux qui ont des croyances puritaines, ont interdit Noël en raison de ses origines païennes perçues et la nature bruyante des célébrations.

Malgré ces controverses, Noël a évolué au fil du temps et est désormais célébré comme une fête familiale laïque observée aussi bien par les chrétiens que par les non-chrétiens. La fête se caractérise par un échange de cadeaux de plus en plus élaboré, ajoutant à son attrait universel.

Noël dans diverses cultures

La beauté de Noël réside dans son adaptabilité à divers contextes culturels, tout comme Action de grâces. Dans différentes parties du monde, Noël est célébré avec des coutumes et des pratiques uniques. Des fêtes élaborées et messes de minuit en Europe aux décorations et défilés colorés en Amérique latine, l'essence de Noël reste constante : un moment de joie, de générosité et de convivialité, un peu comme les rassemblements de Thanksgiving.

Point de vue islamique sur Noël

Il y a des débats parmi les musulmans sur la célébration de Noël, semblable à la célébration de Noël. Anniversaires ou Fête des mères. Certains y voient une pratique interdite en raison de ses origines non islamiques, tandis que d’autres soutiennent qu’elle est autorisée en tant que célébration culturelle. La question centrale tourne autour de la réconciliation des principes islamiques avec les traditions culturelles, à l’image des débats entourant d’autres célébrations.

Célébrer Noël est-il haram ?

Participer aux célébrations de Noël est considéré comme haram (interdit) en Islam pour plusieurs raisons :

D'abord

Participer aux festivités de Noël implique approuvant le concept selon lequel Allah Ta'ala a une progéniture, suggérant l'existence d'autres divinités qu'Allah. Cette perspective contredit l'essence de la foi et contredit les enseignements d'Allah Ta'ala, comme expliqué dans la sourate Al Ikhlas :

قُلْ هُوَ اللّٰهُ اَحَدٌۚ – اَللّٰهُ الصَّمَدُۚ – لَمْ يَلِدْ وَلَمْ يُوْلَدْۙ – وَلَم ْ يَكُنْ لَّهٗ كُفُوًا اَحَدٌ ࣖ

Dis : « Ô Prophète » : « Il est Allah, Un et Indivisible ; Allah – le Soutien « dont tous ont besoin ». Il n’a jamais eu de descendance, et il n’est pas non plus né. Et il n’y a personne de comparable à Lui.

Deuxième

La participation aux célébrations de Noël peut cultiver des sentiments d’affection envers les chrétiens et leurs rituels, amenant par inadvertance à s’aligner sur leurs croyances. Un tel alignement va à l’encontre des principes islamiques et constitue un péché grave, comme le souligne le verset 51 de la sourate Al Maidah.

يَـٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوا۟ لَا تَتَّخِذُوا۟ ٱلْيَهُودَ وَٱلنَّصَـٰرَ ىٰٓ أَوْلِيَآءَ ۘ بَعْضُهُمْ أَوْلِيَآءُ بَعْضٍۢ ۚ وَمَن يَتَوَلَّهُم مِّنك ُمْ فَإِنَّهُۥ مِنْهُمْ ۗ إِنَّ ٱللَّهَ لَا يَهْدِى ٱلْقَوْمَ ٱلظَّـٰلِمِينَ

Ô croyants ! Ne prenez ni juifs ni chrétiens comme gardiens : ils sont gardiens les uns des autres. Celui qui le fera sera compté parmi eux. Certes, Allah ne guide pas les gens injustes.

Al Maidah / 5 : 51

Il incombe donc aux musulmans de s'abstenir de visiter les églises ou les lieux de culte chrétiens pendant les célébrations de Noël.

Troisième

Célébrer Noël revient à adopter les pratiques et l'identité des chrétiens, ce qui va à l'encontre de la conception islamique de la tasyabbuh, ou ressemblant à un autre groupe. Le prophète Mahomet ﷺ  (que la paix soit sur lui) a explicitement déclaré,

وَعَنِ اِبْنِ عُمَرَ ‏-رَضِيَ اَللَّهُ عَنْهُمَا‏- قَالَ: قَالَ رَسُولُ اَللَّهِ ‏- صلى الله عليه وسلم ‏-{ مَنْ تَشَبَّهَ بِقَوْمٍ, فَهُوَ مِنْهُمْ }

Ibn 'Umar (RAA) a rapporté que le Messager d'Allah (ﷺ) a dit : « Celui qui imite un peuple (dans ses actions) est considéré comme l'un d'entre eux. »

En participant aux coutumes de Noël, Les musulmans risquent de se fondre dans des pratiques propres à une autre confession.

Que dit le Coran à propos de Noël ?

le coran parle de Noël

Le Coran lui-même ne mentionne pas spécifiquement Noël ni les croyances chrétiennes spécifiques associées à la célébration de la naissance de Jésus-Christ. Cependant, Jésus, connu sous le nom d'Isa en arabe, est une figure importante de l'Islam et est considéré comme l'un des principaux prophètes.

Le Coran contient des versets qui parlent de la naissance de Jésus, de sa mère Marie (Maryam en arabe) et des miracles qui leur sont associés, mais il ne mentionne pas la célébration de Noël telle qu'elle est connue dans la tradition chrétienne.

Par exemple, le Coran reconnaît la naissance virginale de Jésus par Marie :

Et mentionne dans le Livre ˹Ô Prophète, l'histoire de˺ Marie lorsqu'elle se retira de sa famille pour un endroit à l'est,
se protéger d'eux. Alors Nous lui envoyâmes Notre ange Gabriel, apparaissant devant elle comme un homme parfaitement formé.

Elle a lancé un appel : « Je cherche véritablement refuge auprès du Très Compatissant contre vous ! « Alors laissez-moi tranquille » si vous craignez Dieu. »
Il répondit : « Je ne suis qu'un messager de votre Seigneur, envoyé pour vous bénir avec un fils pur. »
Elle se demandait : « Comment puis-je avoir un fils alors qu’aucun homme ne m’a jamais touchée et que je ne suis pas chaste ?
Il a répondu : « Il en sera ainsi ! Ton Seigneur dit : « C'est facile pour Moi. Et ainsi Nous ferons de lui un signe pour l'humanité et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire « déjà décrétée ».

Elle le conçut donc et se retira avec lui dans un endroit éloigné.
Puis les douleurs du travail la poussèrent jusqu'au tronc d'un palmier. Elle s'écria : « Hélas ! J’aurais aimé mourir avant cela, et c’était une chose oubliée depuis longtemps !

Alors une voix la rassura en dessous d'elle : « Ne t'afflige pas ! Ton Seigneur a pourvu un ruisseau à tes pieds.
Et secouez le tronc de ce palmier vers vous, il laissera tomber sur vous des dattes fraîches et mûres.

Alors mangez et buvez, et rassurez-vous. Mais si vous voyez quelqu'un parmi les gens, dites : « J'ai juré de garder le silence ».1 au Très Compatissant, donc je ne parle à personne aujourd’hui.

Puis elle revint vers son peuple, le portant. Ils dirent « sous le choc » : « Ô Marie ! Vous avez certainement fait une chose horrible !

Ô sœur d'Aaron ! Votre père n’était pas un homme indécent, et votre mère n’était pas non plus impudique.

Alors elle montra le bébé. Ils se sont exclamés : « Comment pouvons-nous parler à quelqu’un qui est un bébé au berceau ? »

Jésus a déclaré : « Je suis vraiment un serviteur d'Allah. Il m’a destiné à recevoir l’Écriture et à être prophète.


Il m'a fait une bénédiction partout où je vais et m'a ordonné d'établir la prière et de donner l'aumône tant que je vivrai,
et être gentil avec ma mère. Il ne m’a pas rendu arrogant ou provocant.
La paix soit sur moi le jour de ma naissance, le jour de ma mort et le jour où je ressusciterai !

Même si le Coran reconnaît le statut particulier et les miracles de Jésus, il rejette les doctrines chrétiennes de la Trinité et de la divinité de Jésus. Jésus est considéré comme un prophète et un serviteur de Dieu, et non comme le fils de Dieu au sens littéral., selon la croyance islamique.

Les musulmans ne célèbrent pas Noël comme une fête religieuse, car il ne s'agit pas d'une tradition dérivée des enseignements ou des pratiques islamiques, mais il n'est pas intrinsèquement interdit aux musulmans de reconnaître ou de respecter la fête en tant qu'événement culturel ou d'adresser leurs meilleurs vœux à ceux qui le célèbrent.

Les musulmans ont leurs propres célébrations et fêtes, comme l'Aïd al-Fitr et l'Aïd al-Adha, qui sont des célébrations religieuses importantes dans l'Islam.

Souhaiter un joyeux Noël est-il haram ?

Contrairement à la célébration de Noël, dire Joyeux Noël à des frères et sœurs chrétiens n’est pas absolument considéré comme haram (interdit). Il existe une divergence d’opinions parmi les chercheurs sur cette question.

En considérant cela, plusieurs facteurs importants entrent en jeu.

Premièrement, le Coran et les hadiths du Prophète n'abordent pas explicitement et définitivement la licéité ou l'interdiction de souhaiter un « Joyeux Noël ». Il convient de noter que les conditions sociales à l'époque du prophète Mahomet ﷺ  (que la paix soit sur lui) avait besoin de conseils sur de telles questions. Il est important de rappeler que le Prophète et ses compagnons ont coexisté aux côtés des juifs et des chrétiens.

Deuxièmement, en raison de l'absence de directives explicites du Coran et des hadiths, cette question relève de la catégorie des ijtihadi importe. Les « questions Ijtihadi » font référence à questions ou questions de jurisprudence islamique (fiqh) qui nécessitent une interprétation individuelle et un raisonnement juridique (ijtihad) par des érudits islamiques qualifiés (muftis ou oulémas).

Il s’agit de questions pour lesquelles il n’y a peut-être pas de décision claire et explicite dans le Coran ou le Hadith, et les érudits utilisent leur expertise et leurs connaissances pour tirer des jugements juridiques basés sur les principes et les sources islamiques.

Comment les individus qui ne sont pas des érudits islamiques devraient-ils réagir à de telles questions ? Eh bien, le principe directeur ici est le suivant :

   عَلَيْهِ

« Le rejet n’est autorisé que pour les règles dont le statut haram a été convenu à l’unanimité ; pour les règles dont le statut haram est débattu, le rejet n’est pas autorisé.

Ceux qui souhaitent un joyeux Noël sont encouragés à le suivre, tandis que ceux qui ont une perspective différente sont invités à le faire sans qualifier les autres de mauvais ou d'hérétiques (bidah), tout en respectant les règles susmentionnées.

Prenez par exemple le jeu, la consommation d’alcool, l’adultère et la négligence de la prière. Ce sont autant de questions pour lesquelles il existe un consensus général sur l’interdiction.

Contrairement aux exemples précédents, le cas de souhaiter un joyeux Noël à quelqu’un est sujet à des opinions divergentes parmi les chercheurs. Certains soutiennent que ce n’est pas permis, tandis que d’autres soutiennent que c’est permis, et certains le considèrent même comme un acte d’adoration.

Chaque chercheur a son propre raisonnement, conduisant à des interprétations juridiques différentes. Ceux qui choisissent de suivre une opinion particulière devraient le faire, et ceux qui ne sont pas d’accord devraient respecter les points de vue divergents sans accuser les autres d’hérésie ou d’actes répréhensibles. Il est important que tous continuent à adhérer aux directives mentionnées ci-dessus.

Par conséquent, les deux érudits qui autorisent et interdisent « Joyeux Noël » fondent leurs positions sur la généralité des versets ou des hadiths qu’ils considèrent pertinents à cette question. C'est pourquoi ils diffèrent d'opinion.

Les érudits qui interdisent de dire « Joyeux Noël » incluent Cheikh Bin Baz, Cheikh Ibn Uthaymeen, Cheikh Ibrahim bin Ja'far et Cheikh Ja'far at-Thalhawi.

D'autre part, les érudits qui l'autorisent comprennent Cheikh Yusuf Qaradawi, Cheikh Ali Jum'ah, Cheikh Mustafa Zarqa, Cheikh Nasr Farid Washil, Cheikh Abdullah bin Bayyah, Cheikh Isham Talimah, ainsi que des érudits du Conseil européen de la Fatwa et de la Fatwa égyptienne. Conseil.

Ceux qui le permettent fondent leur position sur les paroles d'Allah dans la sourate Al-Mumtahanah, verset 8.

لَّا يَنْهَىٰكُمُ ٱللَّهُ عَنِ ٱلَّذِينَ لَمْ يُقَـٰتِلُوكُمْ فِى ٱلدِّينِ و َلَمْ يُخْرِجُوكُم مِّن سِطُوٓا۟ إِلَيْهِم ْ ۚ إِنَّ ٱللَّهَ يُحِبُّ ٱلْمُقْسِطِينَ

Allah ne vous interdit pas à ceux qui ne vous combattent pas à cause de la religion et ne vous expulsent pas de vos maisons d'être justes envers eux et d'agir avec justice envers eux. En effet, Allah aime ceux qui agissent avec justice.

Dans ce verset, Allah n’interdit pas aux musulmans de traiter avec bienveillance ceux qui ne les combattent pas ou ne les chassent pas de chez eux. Souhaiter « Joyeux Noël » est une forme de bonne volonté envers les non-musulmans qui ne s'engagent pas dans l'hostilité, ce qui la rend ainsi permise.

De plus, ils citent également le hadith qui raconte un garçon juif qui a servi le Prophète ﷺ  et a embrassé l'Islam après être tombé malade. Le prophète ﷺ  a rendu visite au garçon et a exprimé sa joie de sa conversion.

حَدَّثَنَا سُلَيْمَانُ بْنُ حَرْبٍ، حَدَّثَنَا حَمَّادٌ ـ وَهْوَ ابْنُ زَيْدٍ ـ عَنْ ثَابِتٍ، عَنْ أَنَسٍ ـ رضى الله عنه ـ قَالَ كَانَ غُلاَمٌ يَهُودِيٌّ يَخْد ُمُ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم فَمَرِضَ، فَأَتَاهُ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم يَعُود ُهُ، فَقَعَدَ عِنْدَ رَأْسِهِ فَقَالَ لَهُ ‏”‏ أَسْلِمْ ‏”‏‏.‏ فَنَظَرَ إِلَى أَبِيهِ وَهْوَ عِنْدَهُ فَقَالَ لَهُ أَطِعْ أَبَا الْقَاسِمِ صلى الله عليه وسلم‏.‏ فَأَسْلَمَ، فَخَرَجَ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم وَهْوَ يَقُولُ ‏”‏ الْحَمْدُ لِلَّهِ الَّذِي أَنْقَذَهُ مِنَ النَّارِ ‏”‏.‏.‏

Un jeune garçon juif servait le Prophète (ﷺ) et il tomba malade. Le Prophète (ﷺ) alla donc lui rendre visite. Il s'est assis près de sa tête et lui a demandé d'embrasser l'Islam. Le garçon regarda son père qui était assis là ; ce dernier lui a dit d'obéir à Abul-Qasim et le garçon a embrassé l'Islam. Le Prophète (ﷺ) sortit en disant : « Louanges à Allah qui a sauvé le garçon du feu de l'enfer. »

Ce hadith souligne la possibilité d'assister et de rendre visite aux non-musulmans lorsqu'ils ne se sentent pas bien.

À la lumière de ce hadith, Ibn Hajar a commenté dans « Fathul Bari » qu'il est permis d'aider les non-musulmans et de leur rendre visite en cas de maladie. Cela conforte l’idée selon laquelle dire « Joyeux Noël » est un acte de gentillesse envers les non-musulmans, ce qui le rend permis.

Pensée finale

À la lumière des discussions, il est généralement considéré comme haram (interdit) aux musulmans de célébrer Noël en raison des préoccupations théologiques que cela soulève, telles que les implications du concept de monothéisme. Les principes islamiques donnent la priorité au maintien de la pureté de la foi et à l’adhésion aux croyances fondamentales.

Même si célébrer Noël est déconseillé, il est essentiel que les musulmans défendent les valeurs de gentillesse, de respect et de bonne volonté envers leurs frères et sœurs chrétiens. Exprimer des salutations chaleureuses comme « Joyeux Noël » peut être considéré comme un geste d'amitié et de compréhension, à condition qu'il soit enraciné dans un esprit de bienveillance et ne compromette pas ses convictions.

Allahu A'lam (Allah sait mieux)

FAQ

Est-ce Haram pour les musulmans de célébrer Noël ?

Oui, il est généralement considéré comme haram (interdit) aux musulmans de célébrer Noël en raison de préoccupations théologiques et monothéistes au sein des enseignements islamiques.

Les musulmans peuvent-ils célébrer Noël avec leurs amis et voisins ?

Les musulmans célébrant Noël avec leurs amis et voisins sont une question qui varie selon les érudits et les points de vue islamiques. Alors que certains érudits déconseillent de participer aux aspects religieux de la célébration en raison de différences théologiques, beaucoup soulignent l'importance d'entretenir des relations positives et de faire preuve de bonne volonté envers les autres, en particulier pendant les périodes de fêtes.

S'impliquer dans les aspects non religieux de l'occasion tout en adhérant aux principes islamiques de respect et de gentillesse est souvent considéré comme un moyen de favoriser la compréhension et l'harmonie au sein de diverses communautés.

La décoration du sapin de Noël est-elle haram en Islam ?

Décorer un sapin de Noël est généralement considéré comme haram (interdit) en Islam en raison de son association avec la célébration d'une fête religieuse dont les croyances sont en conflit avec le monothéisme islamique. Les enseignements islamiques donnent la priorité à l’évitement des pratiques susceptibles de brouiller les frontières entre les confessions et de compromettre la pureté des croyances islamiques.

La fête de Noël est-elle haram ?

Participer à une fête de Noël est généralement considéré comme haram (interdit) dans l'Islam en raison de son association avec la célébration d'une fête religieuse dont les croyances sont en conflit avec le monothéisme islamique. Les enseignements islamiques mettent l’accent sur la préservation de l’intégrité de la foi et sur l’évitement des pratiques susceptibles de compromettre les croyances et principes fondamentaux.

Le dîner de Noël est-il halal ?

La participation à un dîner de Noël peut varier en termes de permissivité (halal) au sein des enseignements islamiques. La consommation de nourriture elle-même est généralement autorisée, à condition qu’elle réponde aux exigences alimentaires halal. Cependant, assister à un dîner de Noël peut impliquer de participer à une célébration qui revêt une signification religieuse et entre en conflit avec les croyances islamiques.

Les musulmans sont encouragés à évaluer le contexte et l’intention derrière leur participation, en tenant compte à la fois des aspects sociaux et de la préservation de leur foi.

Herry
Retour en haut